Championnat de France senior de funboard en formula windsurfing - 2005
 
Voici les impressions de Cyril après sa participation...
 

Voila, il est l'heure du bilan pour cette première participation à un championnat de France senior de funboard en formula windsurfing, c'est à dire en planche à voile large nouvelle génération.

Le bilan est plutôt mitigé avec pas mal d'interrogations.
Tout d'abord les résultats :
Cyril (CVPA) termine 47 sur 62 en homme et Marc (CVPA) 61 sur 62 .
Delphine (Caron, Arc-sur-Tille) termine 9 ème sur 10.

Mais le résultat est une chose et si on s'arrète à cette étape, on peut dire que le bilan est mauvais. A l'inverse, si on creuse un peu plus un certain nombre de remarques, des points positifs ressortent.
Delph et Cyril était prêt physiquement avec une bonne condition physique fruit d'heures de travail cet hiver. Néanmoins le spécifique était pas au rendez vous, pourquoi ? D'abord, parce qu'avec 4 journées de nav avant le france il est difficile d'avoir du spécifique d'un point de vue physique mais également technique.
Avec le recul nous finaliserions différemment notre préparation terminale avec plus de travail statique sur les bras et les jambes.

Mais surtout, il faut naviguer et dans toutes les conditions. Nous sommes trop typés petit temps médium alors que nous avons eu sur 9 manches 6 manches à plus de 15 nds avec trois manches à plus de 20 nœuds dont une avec des pointes à 34 nds. Dans ces conditions le manque de nav et de nav en mer même si Hourtin n'est pas la mer, est fatale (clapot à plus de 60 cms très marqué et difficile au près avec une planche de 1 m qui montent avec plus de 20 nds).

Enfin le matériel est essentiel à ce niveau : il faut du matériel polyvalent et qui permet de travailler en vitesse. Donc aileron(s) et voiles. Lors de la manche de 25 nds avec pointes , les meilleurs était en 10.7 (leur petite voile) et moi en 8.4 . Mais en fait le plus important reste le choix de l'aileron qui permet ou non accélérer et ainsi de pondérer les efforts sur la voile.
Ainsi la majorité des compétiteurs disposes de deux ailerons testés et validés mais sur un pack de 6 à 8 ailons (à 250 euros l'unité).
Donc le coût financier de ce sport à ce niveau est également une données essentielle : pour marcher il faut tester, pour tester il faut multiplier les matériels . Choix difficile lorsque l'on navigue peu comme c'est le cas pour nous.

Me concernant le choix de mes voiles en 2005 a été fatale sur ce championnat. Mes voiles se sont révélées trop typése petit temps/petit médium, donc avec une plage d'utilisation trop limitée dans les hauts, surtout pour la 11 m (bien mieux pour la 10 que je n'ai pas su utiliser sur les bonnes manches).
En fait j'ai été souvent en décalage sur les manches / météo annoncée étant en 10 lorsqu'il fallait être en 11 et en 11 lorsqu'il fallait être en 10 !
Ma récompense a été de finir les manches en 11 avec du 18/20 nds. Hélas ayant lutté au près j'ai souvent été physiquement en difficulté au portant (avant bras en tétanie).

Ce fut également le cas pour delph qui à pris du plaisir tout au long du championnat terminant de moins en moins loin des premières (Faustine, championne olympique et les meilleures anglaises du circuits notamment).

Nous avons enfin profité de cette régate pour mieux comprendre nos réglages de hauteur de wish, de pied de mat et de tension de voile. Nous avons échangé avec les meilleurs coureurs, les entraîneurs et nous revenons avec des réglages differents et plus performants.

Donc bonnes condition physique, manque de nav en général et particulièrement cette année, des manches de mieux en mieux et une meilleure connaissance des paramètres de la perf en formula.

A oui j'allais oublier, les départs en formula avec 60 garçons, c'est pas mal et ça forme la jeunesse. A bien lors de la 9ème manche c'était beaucoup mieux et enfin j'était dans la course avec un bon passage au vent dans les 30.

Alors nous sommes rentré avec la volonté de progresser de revenir et de jouer. Néanmoins nous sommes réalistes, il sera difficile de rentrer dans les 30, les 20 premièrs étant quasi des pros.
Delph et moi nous remercions marc qui n'était pas prêt de son coté y compris physiquement et qui n'a pas pris beaucoup de départs. Mais il était là lors de nos retours à terre pour nous aider à transporter le matériel, nous féliciter, nous encourager.
Merci à marc, même s'il n'est pas un spécialiste de la glacière (message codé).

Merci de vos encouragements par mail.

Cyril pour l'équipe